Rappelons que ce long métrage de 1976 est, après Astérix et Cléopâtre, le second (et dernier) réalisé par René Goscinny et Albert Uderzo, les auteurs originaux de la série de bandes dessinées. Ceux-ci s'associent à leur éditeur Georges Dargaud pour créer le studio Idéfix, dont la courte aventure est racontée en introduction du livre par Uderzo. Les animateurs sont alors recrutés dans l'ancienne équipe de Paul Grimault, le réalisateur du Roi et l'Oiseau. Pierre Tchernia aide au scénario.

Les XII travaux d'Astérix reste un film mythique pour les fans. A la différence des autres longs métrages animés, il ne s'inspire pas d'un album déjà existant, mais propose une histoire complètement inédite dans le ton des meilleurs albums du duo. Il paraît d'ailleurs qu'à la question "Quel est votre album préféré d'Astérix ?", les lecteurs sont nombreux à répondre Les XII travaux d'Astérix, alors que celui-ci... n'existe pas. Une courte bande dessinée d'une trentaine de planches fut certes publiée peu avant la sortie du film dans le quotidien Sud Ouest, mais elle n'appartient pas au corpus "officiel" de l'oeuvre. Le film en revanche est devenu culte, et pas seulement en France (où il fit 2,2 millions d'entrées), mais ailleurs en Europe, comme en Allemagne où il pulvérisa le box office (plus de 7 millions de tickets vendus). Hélas, la mort de René Goscinny en 1977, juste après la sortie, entraîne la fermeture prématurée des studios Idéfix. Les aventures cinématographiques (nombreuses) d'Astérix échappent alors aux créateurs du héros gaulois.

Pour rendre hommage au film sorti il y a pile quarante ans, Albert Uderzo a souhaité créer une nouvelle édition illustrée adaptée du scénario original. Il a pour cela repris le matériel original du film (plus de mille croquis qu'il avait réalisés à l'époque), et rassemblé quarante illustrations inédites, mises en regard d'un texte écrit d'après le scénario de René Goscinny. Celles-ci sont publiées en pleine page, encrées à la plume et colorées à l'aquarelle. Quant à la couverture, c'est une création nouvelle du maître, qui montre qu'Albert Uderzo ne serait pas complètement à la retraite. En voilà une bonne nouvelle !