Car s’il est un personnage fictif connu de tous, dans tous les pays du monde, et par toutes les générations, c’est bien la souris aux grandes oreilles. Non seulement Mickey est la star absolue du monde du divertissement, mais c’est aussi un personnage emblématique du dessin animé, puisque le personnage fut créé en 1928 pour le premier film d’animation sonorisé de l’histoire : Steamboat Willie.

_001-MICKEY-MOUSE-ICONE-REVE-AMERICAIN_DIS_-6.gif

Quatre-vingt dix ans plus tard, si Mickey a eu une vie longue et mouvementé, le personnage reste toujours aussi moderne. Pour la première fois est éditée une somptueuse biographie du personnage : Mickey Mouse, icône du rêve américain, qui sort le 23 novembre chez Glénat. L’ouvrage, rédigé par l’universitaire Garry Apgar, raconte l’influence unique sur l’art et la culture populaire du personnage en quatre cent images et un texte très érudit. Plus de cent court métrages, plusieurs milliers de comic strips et de bandes dessinées, des longs métrages, des séries, des peluches, et bien sûr des figurines Leblon Delienne : Mickey Mouse appartient pour toujours à l’imaginaire populaire, pour qui il incarne la bonne humeur et une invariable gaité enfantine.

Repris par les plus grands des artistes contemporains (Andy Warhol, Roy Lichtenstein, Keith Haring, et quelques centaines d’autres), « Mickey appartient à tout le monde » comme le rappelle une œuvre célèbre de Robert Combas de 1979.

_001-MICKEY-MOUSE-ICONE-REVE-AMERICAIN_DIS_-4.png

Mickey, Icône du Rêve Américain remonte aux origines du personnage créé par Walt Disney et Ub Iwerks. Il permet de découvrir de fantastiques design originaux du personnage par des collaborateurs du studio comme Les Clark et Win Smith ainsi que les premières esquisses par Ub Iwerks, et des storyboards des premiers courts métrages. Un témoignage historique riche et émouvant pour les fans, le récit des origines très documenté formant la première moitié du livre.

Les bandes dessinées de Floyd Gottfredson et Al Taliaferro, ou le long métrage musical Fantasia sont évoqués, mais c’est surtout l’accueil du personnage de Mickey par le monde de l’art qui est abordé longuement dans la deuxième partie.

On remarquera notamment cet hommage de Moebius de 1974 qui mélange les personnages de Mickey et de King Kong, le singe géant de Skull Island : une superbe planche en noir et blanc qui nous rappelle décidemment que tous les plus grands se sont intéressés à la petite souris.

IMAGES : © 2015 The Walt Disney Family Foundation Press, LLC / ©2016 Éditions Glénat